Canada,  Colombie-Britannique

Kelowna

Je suis arrivée de la ville de Revelstoke à Kelowna avec mes chaussures de rando pas très propre, en pantalon cargo. A Revelstoke, il avait plu les 4 jours précédents et où il faisait froid alors qu’à Kelowna il faisait 28°. Je n’étais pas très en accord avec la ville.

Ici aussi, une ville étape pour rejoindre Vancouver. La promenade le long du port est sympathique. La ville semble très bourgeoise de ce côté-là. Je me suis un peu cru chez Disney avec les bâtiments qui m’entouraient, les yachts… Je ne me sentais pas très à l’aise avec ma tenue de baroudeuse pour tout vous dire.

Puis, je suis un peu allée en ville où le contraste était quand même saisissant avec beaucoup de sdf. Tant de richesse d’un côté et à une rue d’écart tout le contraire. Vous me direz que c’est souvent comme ça malheureusement mais là j’ai été saisi car on voit peu de sdf au Canada. Vancouver c’est un peu pareil, le centre-ville est très beau, touristiques et la rue vous ramène à la réalité du monde. D’ailleurs, j’ai pour une fois fait un tour dans un bus touristique à Vancouver et ils en parlaient dans leur descriptif. Etonnant. Expliquant aussi qu’il y avait beaucoup de sdf dans l’Ouest canadien car le temps est plus clément que dans l’Est.

Etonnée par ce grand nombre de personnes à la rue, j’ai fait quelques recherches et j’ai trouvé beaucoup de programmes mis en place pour les aider. J’ai voulu essayer de comprendre s’il y avait une raison particulière sans en trouver.

Pour une fois, je ne vous parle pas de beaux paysages mais de ce qui m’a particulièrement marqué dans cette ville. Cela fait aussi parti du voyage, vous ne croyez pas ? C’est comme la condition des amérindiens qui me tient à cœur et pour laquelle je prends toujours le temps lors de mes voyages. En apprendre plus sur les différentes tribus en fonction des provinces que je visite m’intéresse beaucoup. Je suis très touchée par leur histoire.

Quand je suis arrivée à mon hébergement dans un airbnb vers 17h (j’avais un horaire à respecter), je pensais pouvoir en apprendre plus sur la ville mais mes hôtes ne m’ont pas parlé. Ils m’ont montré ma chambre, la cuisine et après j’étais un fantôme à leurs yeux. C’est la première fois que ça m’arrivait. D’habitude, le fait d’être chez l’habitant permet notamment de pouvoir partager, discuter, échanger… là rien. J’ai essayé de parler de tout et de rien… mais RIEN : c’est le cas de le dire donc j’ai vite laissé tomber.

Cette après-midi avait été particulière mais la ville n’est pas que ça.

Kelowna se trouve dans la vallée de l’Okanagan où vous avez beaucoup de vignobles donc des visites de caves, d’exploitations. C’est aussi une région de fruiticulteurs, vous ne manquerez pas leurs étals le long de la route et le lac Okanagan ravira les amoureux des sports nautiques.

Tout comme le Loch Ness en Ecosse, Kelowna a son propre monstre : l’Ogopogo qui est un serpent géant qui vivrait au fond du lac. Des légendes amérindiennes plus anciennes parlaient déjà de ce monstre. Ils faisaient des sacrifices d’animaux pour pouvoir naviguer sur le lac sans danger. Et il parait que des colons auraient disparu. Des vidéos existent ainsi que des photos… cela rappelle vraiment le Loch Ness. Mais ce genre de mythe attire les touristes. En tout cas, la statue qui se trouve près du lac n’est pas très effrayante. Mais oserez-vous vous aventurer dans ce lac ?

Pour en savoir plus sur la ville et ses alentours, voici le lien de l’office de tourisme.

Partage et épingle cet article sur Pinterest:

Kelowna

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *