Europe,  France

Auvergne

De la région parisienne à aydat en auvergne

C’est parti pour 3 semaines de road trip! Je commence par l’Auvergne au départ de la région parisienne. J’ai pris l’autoroute jusqu’à Montluçon puisj’ai privilégié les départementales et les nationales.

Avant d’arriver dans mon premier hébergement, j’ai fait quelques arrêts qui valent le coup d’œil.

Commençons par le Château-Rocher qui est aujourd’hui en ruine et que vous pouvez visiter gratuitement tout au long de l’année. De nombreux nobles et personnages historiques sont passés par là et le château fût classé monument historique.

Ensuite, je suis allée au Méandre de Queuille où vous attend un panorama à couper le souffle. J’y suis allée en fin de journée donc avec le soleil qui tombait la luminosité était superbe. Avec les couleurs d’automne, j’imagine que cela doit être encore plus spectaculaires. La vue se trouve à 5mn du parking.

Le jour de mon départ, il faisait très chaud donc un peu de fraicheur autour d’un lac me faisait rêver. Je me suis donc arrêtée au Gour de Tazenat qui est un lac de cratère. Ca y est, c’est à ce moment-là que je réalise que je suis arrivée en Auvergne.

Le tour du lac fait plus de 6km. Je n’avais pas le temps de faire le tour car je devais rejoindre mon airbnb à une heure raisonnable et j’avais déjà plus d’une heure de retard sur l’horaire prévu. J’ai fait la moitié en prenant le côté un peu plus sportif sans le savoir. Il faut prévoir de bonnes chaussures pour faire le tour complet car il y a des parties plus difficiles mais ça vaut le coup d’œil. Pour ceux qui auront fait le tour (ou non), un coin avec une petite plage et une buvette vous attend. Vous avez aussi la possibilité de faire du Canoé et beaucoup d’autres activités.

Fin du premier jour, je me suis ensuite dirigée vers Aydat au cœur de l’Auvergne pour mon premier hébergement que j’ai beaucoup aimé. Un petit appartement tout simple et bien équipé. En plus, le propriétaire était adorable (et je ne dis pas ça parce qu’il m’a sauvé d’une araignée géante qui se trouvait dans ma chambre…).

Orcival, le lac de servieres, mont-dore...

Le lendemain, je suis allée à Orcival pour prendre quelques infos à l’office du tourisme et j’ai fait un petit tour du village car il valait le coup de d’œil.

Ensuite, direction le lac de Servières. Après coup, je peux vous dire que c’était mon lac préféré en Auvergne car il y avait peu de monde, pas de touristes, il avait des airs de Canada ce qui en plus m’a fait du bien. Le calme et la quiétude des lieux m’ont charmé. J’ai pris le temps aussi de discuter avec des pêcheurs tout au long de mon tour et leur accueil fût très sympa et bien marrant.

Je me suis ensuite rendue à Mont-Dore. Sur la route, si vous voulez avoir une belle vue vous pouvez vous arrêtez au point de vue Roches Tuilières (à gauche sur la photo) et Sanadoires (à droite sur la photo. Ce sont des protrusions : elles se sont formées lors d’une éruption volcanique.

La roche Tuilière s’élève à 1288  et son nom vient du fait que sa roche fût exploitée pour faire des tuiles (ou lauzes). La roche Sanadoire s’élève elle à 1290m et son nom vient de « roche sonnante » du fait que la phonolite résonne quand on la frappe.

Puis, je suis allée me promener à Mont-Dore qui est une ville sympa à visiter mais j’ai privilégié la nature en prenant le funiculaire pour faire la promenade du Sylvatorium mais une fois en haut différentes activités ou rando vous attendent.

Le Sylvatorium vous permettra d’avoir de beaux points de vus mais c’est surtout un parcours d’éveil dans la forêt dans lequel vos 5 sens seront sollicités. C’est sympa mais quand il y a du monde c’est difficile de se laisser embarquer : faire un câlin aux arbres ou de se poser dans les « baignoires » de détente avec les gens qui passent et parlent autour. Il faudrait que ce soit plus confidentiel mais c’est compliqué.

Le puy de Sancy et cascades

Direction le Puy de Sancy malgré un temps gris et très nuageux. Arrivée sur le site, la personne qui vendait les tickets pour le téléphérique n’était pas très optimiste. Je suis quand même montée en gardant l’espoir que ça se dégagerait. Arrivée en haut, on ne voyait pas à 15 mètres mais bon quitte à être là autant monter. 

J’ai entamé l’ascension via les nombreuses marches (864 au total, j’étais au bout de ma vie et heureuse d’être seule pour souffrir tranquillement haha)  et je me suis arrêtée au Pas de l’âne où une dame était assise. J’ai entamé la discussion au milieu des nuages, du crachin et du froid. On a sympathisé et on est restées 3h à attendre de voir quelque chose. De temps en temps, on voyait un petit carré de bleu se dessiner dans le ciel mais ça ne durait pas plus que quelques secondes. Nous étions seules au monde et vu le temps on comprenait pourquoi.

On a fini par décider dans un dernier élan d’espoir d’aller jusqu’au Puy de Sancy et en avançant le ciel a commencé à se dégager petit à petit. C’était magique de voir le paysage se dessiner devant nous. En plus, nous avions cette vue que pour nous car à ce moment-là il n’y avait personne. Cela n’a pas duré très longtemps car 20mn plus tard un premier téléphérique est arrivé et la foule à commencer à envahir les lieux. Mais cette petite période seules a été géniale. Je vous mets une grosse série de photo ci-dessous. Pour la petite histoire, j’ai des soucis avec une jambe donc je n’ai pas atteint le sommet. Il ne me restait qu’une quarantaine de marches mais je me suis arrêtée au belvédère juste en-dessous. Je ne pouvais pas monter ces dernières marches et j’avais déjà en tête toute la descente avec en prime des centaines de personnes arrivées donc il allait être difficile d’avancer à mon rythme avec une queue derrière moi. Mais je suis fière d’être arrivée à 40 marches du sommets quand même.

Après avoir passé une bonne partie de ma journée au Puy de Sancy, je suis allée voir quelques cascades : la cascade du Queureuilh et celle du Rossignolet.

Pour y accéder, il faut se garer au cimetière paysager mais attention les places sont très cher car peu nombreuses. Je vous conseille d’y aller très tôt ou en fin de journée. Pour ma part, j’ai eu de la chance qu’une place se libère juste à mon arrivée. La promenade dans la forêt était très agréable et les cascades valent le coup d’œil.

Le puy de dôme

Le Puy de Dôme est le plus haut sommet de chaîne des Puys-faille de Limagne et est inscrit au patrimoine de l’UNESCO. C’est un incontournable lorsque vous allez en Auvergne qui vous offre une vue panoramique à 360° sur 80 volcans. Le sommet est accessible grâce à un train électrique. Il faut compter environ 14€ l’aller-retour pour un adulte, 8€ pour un enfant. Il existe aussi des forfaits famille : les prix sont ici. Si vous avez de bons mollets grâce à différents sentiers de randonnée allant de 1 à 4 heures de marches. Voici deux parcours : le sentier des muletiers et le sentier des chèvres possible.

Au sommet, vous attendent différentes activités dont les vestiges d’un temple de Mercure qui avait été construit par l’Empire Romain. Je ne m’y attendais pas, j’étais passée à côté de cette info en préparant ma visite. Cela devait être tellement impressionnant lorsqu’il était entier.

Vous pouvez aussi y faire du parapente par exemple, faire les 3 sentiers qui vous permettent de voir un panorama splendide le chemin des pèlerins, le chemin des conquérants et le chemin des curieux. Tout au long de ces chemins, vous aurez accès à des tables d’interprétation sur différents thèmes : le temple de Mercure, la faune et la flore du sommet, des exploits sportifs mais aussi un panorama impressionnant.


Avant de vous y rendre, pensez à regarder la météo au sommet et même s’il fait beau pensez qu’il y aura du vent.

Il y a tellement plus de choses à voir en Auvergne mais le temps m’a manqué lors de ce voyage mais cela veut dire qu’il faudra y retourner donc c’est une bonne nouvelle.

Pour en savoir plus, voici quelques liens : Auvergne destination volcan, Auvergne Centre France, office du tourisme du Sancy . Et surtout : n’oubliez pas de manger une bonne truffade sans oublier tous les bons fromages d’Auvergne. Un délice.

La Vallée des saints à boudes

En quittant la région du Sancy en Auvergne pour me rendre dans le Vercors, j’ai fait quelques arrêts.

Je commence par aller à la Vallée des Saints à Boudes qui a des airs de Colorado provençal mais pas aussi grandiose mais la promenade y est agréable et on y voit des paysages aux couleurs ocres qui valent le coup d’œil. Par contre, j’ai lu que c’était accessible aux poussettes : PAS DU TOUT ! N’y allait pas avec une poussette car les chemins ne sont absolument pas adaptés.

Le parking se trouve en bordure du village. En sortant de celui-ci j’ai rencontré 2 dames âgées avec qui j’ai fait une partie du chemin. On s’est accordé à dire que ce n’était pas bien indiqué, je me suis d’ailleurs perdu en sortant de la forêt. J’y reviendrai plus tard. Une fois dans le village, il y 2 possibilités de chemin : un plus court mais raide en montant et un second qui sera plus long mais moins raide. Il vous donnera une vue sur les vignes. J’ai opté pour le second choix et une fois expliqué les deux parcours aux dames elles sont venues avec moi. Nous avons beaucoup discuté, on a passé environ 1h ensemble mais elle ne pensait pas que cela prendrait autant de temps donc elles sont reparties mais nous avons passé un moment agréable. J’aime ce type de rencontre, ce n’est pas la première fois. J’ai eu le même type de rencontre au Puy du Sancy comme mentionné plus haut.

Reprenons notre chemin en commençant par les cheminées des fées qui sont des sculptures formées par l’eau et l’érosion du vent. La descente est un peu sportive mais vaut le coup.

Puis en suivant le chemin, vous passerez par la falaise des mottes entre autres où l’on peut voir des couches sédimentaires.

Puis à la sortie de la forêt, on arrive à la source romaine de Bard. C’est une source d’eau salée qui gargouille en permanence depuis l’époque romaine.

Quelques photos :

J’ai continué le chemin et c’est là que je me suis un peu perdue. On sort de la forêt mais pas de panneau pour indiquer la suite du chemin. Je me suis retrouvée au milieu des champs, j’ai traversé un village où il n’y avait personne. J’ai rebroussé chemin où j’ai croisé un couple qui était dans la même situation que moi. Puis encore, un autre couple : pareil. On a fini par regarder sur google maps. On a longé des champs qui nous ont ramené à un croisement où se rejoignent les 2 possibilités la randonnée. En plein soleil : je peux vous assurer que ce parcours était éprouvant pour tout le monde et honnêtement le paysage est sympa mais sans plus. Si j’avais su j’aurais fait demi-tour via la forêt ce qui aurait été plus agréable. A vous de voir.

Direction les Orgues de Prades pour une petite pause près de la rivière et pour admirer les orgues basaltiques formées par de la lave qui a refroidie. Vous pouvez même vous arrêter au bord de la rivière pour un petit pique-nique.

Le Puy en Velay

Puis je me suis arrêtée pour la nuit au Puy en Velay. Je n’ai eu l’occasion d’y passer qu’une matinée car je suis arrivée en fin de journée et le lendemain je devais rejoindre le Vercors pour un hébergement insolite.

Je m’y suis promenée un dimanche matin avec malheureusement beaucoup de choses fermées : Covid et dimanche oblige mais il n’y a rien de tel que de se promener sans but précis car on y découvre de beaux petits coins. Je vous laisse avec quelques photos de la ville, très peu au final car j’ai eu droit à une belle averse qui a mis fin à la promenade.

Le lac bleu

Une autre belle surprise en quittant la région de l’Auvergne : le lac bleu. C’est un tout petit lac mais avec une magnifique couleur à l’eau transparente. Il se trouve à 5mn du parking et n’est pas très grand mais vous serez dépaysés. N’hésitez pas à vous arrêter si vous passez par là. Quand j’y suis allée, il faisait gris mais les couleurs étaient superbes alors par beau temps ce doit être encore mieux.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *